Arrivées sur Holbox

Les sacs sont prêts mais j’ai vraiment l’impression de partir pour la première fois car, hormis un tas de choses qui me semblent inutiles, je cherche désespérément une tenue adaptée à la chaleur mais non ! Bon ce sera sauna pour la journée. Taxi suivi d’une halte devant le supermarché dont le parking fait office de lieu de rendez-vous du shuttle pour Chiqila, point de départ du bateau pour Holbox. Nous traversons Cancun dont l’architecture sans nom et sans attrait ne donne pas envie de séjourner. Pourtant cette ville a moins de cinquante ans. Les 30 degrés sont bien présents mais avec eux un ciel voilé qui balance des seaux d’eau de temps à autre. Une fois en dehors de la ville, les deux heures de transfert s’effectuent sur une petite route bordée de végétation et visiblement principalement fréquentée par d’autres navettes. Nous traversons deux villages et atteignons Chiqila à l’heure de la sortie scolaire. Pas d’attente pour le bateau et en moins de trente minutes nous arrivons sur Holbox. La pluie a cessé mais les flaques, elles, sont restées. En observant la hauteur des trottoirs nous n’avons pas de mal à imaginer qu’en cas de fortes précipitations Holbox c’est Venise. Une petite marche pour atteindre notre posada tranquille et c’est peu dire ! Nous sommes les seules clientes et elle s’appelle los abuelos ! Les Vieux quoi ! L’après-midi est bien avancée direction le déjeuner ou dîner on ne sait plus trop mais une certitude : le ceviche de crevettes et de poissons est excellent et le guacamolé, un régal. Nous n’avons pris ni maillot de bain ni rien d’autre comme le temps menaçait et finalement, sur ma bonne idée, nous avons marché jusqu’à punta coco pour repérer la plage de demain. En mode jean nous avons arpenté les plages avec une chaleur étouffante sans profiter de la mer chaude mais de la bière fraîche… comme quoi tout n’est pas perdu. Un coup de main à des canadiens pour pousser leur voiturette de golf nous a permis de gagner 1km en version motorisée. Bonne nouvelle, même si il en reste un peu sur la plage, les sargasses se sont calmées. En revanche le coup de vent de ces derniers jours a bien agité la mer. Alors les photos de rêve c’est peut-être pour demain. Bonne nuit à tous et nous à table !