Ria de celestun

7h nous sommes tous les 6 sur les starting blocks du petit déjeuner. Une bonne petite marche de réveil et nous pouvons entamer deux heures et demie de grasse matinée dans l’autobus. Direction la réserve spéciale de biosphère de Celestun. La ria éponyme est un point de repos et de nourriture pour les flamants roses. Ce sont les plus roses du monde en raison de la concentration de carotène dans l’eau. Le hic c’est que nous ne sommes pas à la période adéquate pour les admirer par milliers mais une dizaine nous contentera. Nous arrivons à destination avec Alberto, un rabatteur qui a jeté ses griffes de commission sur nous. Vigilance, ça y est, il ne m’aime pas, pas grave on embarque deux mexicaines avec nous et fi d’Alberto nous grimpons dans une lancha pilotée par un des gars du collectif de Celestun. L’Alberto ne lâche rien et saute à bord en précisant que l’on doit le payer lui.
Tout le monde fait bloc et il sera débarqué comme un malpropre. Voilà un bon fou rire pour nous et moteur toute. Quelques flamants nous saluent avant l’entrée dans la lagune mais les photos en mode tangage, c’est sport. Nous atteignons la lagune mais les flamants présents se planquent dans des petites rias inaccessibles en bateau. Je pense qu’ils ont bien raison de se protéger du gasoil qu’on leur dégage. Un super passage dans la mangrove puis une escale à la source de Cambay qui est un œil d’eau douce. On peut s’y baigner mais les bébés crocodiles qui se dorent la pilule à 5 mètres de là nous ont coupé l’envie de peur que les parents soient à proximité.
Retour sur le sable, une bonne baignade et une grande pause déjeuner dans le seul restaurant dédié logiquement aux locaux. Voilà le programme d’une excellente journée en compagnie de Nicolas et Éloïse deux parisiens en voyage pour 3 mois et de Solène et Céline deux bretonnes bien sûr qui voyagent pendant 4 mois. Bonne journée à tous, je m’arrête là car je n’arrive plus à suivre la conversation.