Palenque

Petite nuit, nos voisins mexicains sont au nombre de 30 de la même famille en vacances au Chiapas. Et toute la nuit fut festive, 3h, je parviens à m’endormir, 6h30 les singes hurleurs font office de réveil général. Nous nous retrouvons tous sous les arbres pour les observer, ils sont 4 et ,à les entendre, ils ont beaucoup de choses à se dire. Pour les photos j’y retourne après le café. Un taxi et nous voilà à arpenter le site de Palenque. Quoique matinales, le site grouille de français en tour organisé. Nous commençons l’ascension du palacio et j’entends « Hola, vecinas » ce sont nos mexicains, même le tonton en fauteuil roulant est là. Un petit peu de blabla, on s’extasie sur la prestance de leur guide de 12 ans tout au plus et poursuivons nos découvertes. Cette cité Maya fondée vers 100 av JC est un des sites les plus impressionnants de cette culture. Comparée aux autres cités mayas, elle est de taille moyenne : bien plus petite que Tikal ou Copán, elle se distingue néanmoins par son patrimoine architectural et sculptural. Nous sommes autorisées à déambuler sur un espace de 2,5 km2 ce qui correspond à moins de 10 % de la superficie totale. Maryvonne si tu lis ce post aujourd’hui nous aurions dû compter les marches. Le site étant totalement accessible, pour repérer cercueil, gravure et explorer les diverses habitations, nous en avons gravi un certain nombre.
4 heures plus tard nous sautons dans un colectivo pour la ville et comme nous racontons aux autres passagers que nous allons à la cascade de Roberto Barrio, le chauffeur s’en mêle. Il hèle sur la route un colectivo que nous croisons. Hop descente, traversée et c’est reparti pour une heure de route. Les paysages me font penser au Costa Rica, tout comme les village sans style particulier que nous traversons. 5 mexicains partagent notre colectivo que nous réservons tous les 9 pour le retour. Hop hop hop escale au restaurant avant d’aller se plonger dans ces magnifiques cascades. Un bon poulet barbecue et d’attaque pour tenter de remonter les courants. C’est juste magique de se baigner dans un tel décor. Les cascades se suivent mais ne se ressemblent pas. Retour sur Palenque pour aller voir Juan Carlos, notre ancien zapatiste reconverti en opérateur touristique.
C’est fait nous restons toujours à quatre et partons demain pour deux jours. Au programme un site maya perdu à la frontière guatémaltèque, le Yaxchilan, puis une nuit et une journée chez les Lacandons, ethnie amérindienne. Les Lacandons sont l’un des groupes les plus isolés des ethnies indigènes du Mexique. Leur population ne compte plus aujourd’hui que cinq cents personnes. Et je doute que la 4G passe par là. Nous nous retrouvons donc sur le blog le 27 janvier. Il est 22h les plus jeunes de notre famille voisine sont dans la piscine je pense que la nuit va être courte. Demain départ 6h. Un seul hic pantalon long exigé pour la jungle et mon jean a encore rétréci. Bon un caleçon fera l’affaire ils sont bien en robe les lacandons.
Portez vous bien et à Dimanche.