Les lacs de Montebello

9h, le lac de Tziscao disparu dans la brume hier soir est de retour ainsi qu’Orlando avec sa moto taxi. C’est le nom du tuktuk au Mexique. Prêtes pour découvrir la zone lacustre de Montebello qui a été la première aire protégée du Chiapas en 1959. Le Parc National abrite plus de 50 lacs mais seuls 16 d’entre eux sont accessibles par la route alors on oublie la notion de randonnée ici. Ils ont prévu d’ouvrir des sentiers mais pour l’instant sans serpette l’accès est impraticable. Cet ensemble de lacs qui sont en fait d’anciens « cenotes » (puits naturels) sont tous reliés les uns autres de manière souterraine et extérieure par érosion des roches calcaires pour certains. Depuis nos kilomètres parcourus en tuktuk au Sri Lanka j’affectionne particulièrement ce mode de transport même si j’ai trouvé frustrant de ne pas le piloter. Orlando nous guide d’un point de vue à l’autre à l’inverse des tours organisés. Ce qui nous a valu d’être seules pour admirer la palette de couleurs qu’offrent ces lacs. Passant du bleu turquoise à l’émeraude, du vert foncé au gris clair, les cinq heures de déambulatoire entre jungle et pinède fut un régal pour les yeux. A cette petite sortie il faut ajouter une bonne séance de natation pour moi dans ce cadre idyllique et une superbe sortie à cheval avec Gustavo. Pour Martine c’est différent, malade toute la nuit, son état ne lui permettait pas de profiter autant que moi. On a du manger des crudités lavés avec de l’eau souillée où ?… Pour ma part j’ai été barbouille depuis deux jours mais cela ne m’a pas coupé l’appétit alors que Martine affiche un beau 39 de température. Docteur Isabelle, c’est moi, lui a prescrit des antibiotiques illico presto. J’espère qu’elle se sentira mieux demain pour parcourir les 6h de transport en mode encore inconnu qui nous attendent pour atteindre notre première escale au Guatemala. Et dire que si l’on passait par derrière le lac nous n’aurions que 18 km de marche pour rallier la frontière c’est ballot mais bon nous n’allons pas rentrer illégalement au Guatemala et de plus à l’envers à la frontière. Alors ce sera 60km par la route pour gagner Gracias à Dios qui au final va rester notre porte d’entrée préférée. Ensuite on verra sur place.
A demain, logiquement je pourrais passer le blog même si nous dormons à proximité de la frontière sans électricité puisque nous sommes déjà en possession de nos cartes téléphoniques du Guatemala.
Bonne journée à tous
Ps le poisson d’hier était juste délicieux et cuit juste comme nous l’aimons. Ce soir j’ai demandé poulet frites pour Martine ! Pas de haricots et encore moins de salade.
Autre ps je reviens du Guatemala avec deux sweatshirt parce que le soir ça caille et j’ai bu une petite bière avec ma copine du bouiboui.