Journée à Unicornio

Martine ouvre le volet et zut le soleil est déjà levé; vite! en mode pyjama, j’enfile un blouson, je saute dans mes chaussures et en avant. Pauline nous a bien précisé que si l’on voulait voir les volcans depuis le mirador (enfin en haut de la colline) il fallait arriver avant que la brume ne se lève complètement. En chemin je croise Florence, Didier et Joseph, leur fils qui sont déjà sur le chemin du retour. En dix minutes je gravis les 1000 mètres qui me séparent du sommet. J’avoue qu’au saut du lit c’est difficile, mon cœur s’emballe mais l’envie d’admirer au loin le volcan Fuego en éruption m’engaillardit. C’est que nous sommes à 3000 mètres d’altitude, le froid de la nuit a déposé son givre et l’oxygène semble manquer. Et voilà finalement je ne rate rien du spectacle magique que de se sentir sur le toit du monde. Retour avec un direct dans la douche et à l’heure pour le petit déjeuner. Ce ranch dont l’authenticité passe par l’humanité de Pauline et Fernando et l’absence de chauffage est également un haut lieu de la gastronomie. Hier soir nous avons renoué avec de la cuisine française exquise et ce matin cela recommence. C’est le ventre plein que nous, Didier, Joseph, Pauline, un des gars du Ranch et moi, partons pour une belle randonnée au cœur des Cuchumatans, chaîne de montagne qui commence depuis le Chiapas au Mexique. Pendant ce temps Florence et Martine partent visiter la bibliothèque née d’un des projets visant le développement par la culture des minorités locales initié par Pauline et Fernando. Puis elles enchaînent par une balade à pied. Ici, c’est le luxe, le cheval, Balzane pour moi, est scellé, brossé et en plus on vous le ressangle. Il ne reste plus qu’à profiter. De retour au ranch, un petit verre de vin en attendant le déjeuner et le super dessert style far breton à la banane. Excellent ! Il est plus de 14h et une longue route nous attend si nous voulons réussir à attendre Xela, soit Quetzaltenango avant la nuit. Cette belle journée se poursuit. Fernando doit se rendre à Huehuetenango pour acheter de la nourriture pour les chevaux. Formidable il nous embarque dans sa camionnette et au lieu des deux heures en buseta nous y parvenons en 45 minutes. Gentiment il nous dépose à la gare des camionetas (ce sont d’anciens bus scolaires américains magnifiquement colorés) et nos sacs sont directement pris en charge par l’aide du chauffeur qui les hisse sur le toit pour un départ illico. Première expérience de ces bus et bien ça décoiffe. Devant chaque siège une barre métallique permet de s’accrocher et tout le monde s’y emploie. Nous ressentons une impression de vitesse permanente due aux chaos et à l’alternance des accélérations et des coups de freins brutaux mais au final la demi-heure de route annoncée par Fernando en a pris deux. Avec l’arrivée à Xela au milieu de la frénésie des camionetas, le bruit et la circulation, la sérénité de Unicornio nous semble déjà loin. Nous dégotons une auberge de jeunesse à proximité de la place centrale dont le toit terrasse nous apporte un peu de réconfort. En papotant avec la vieille dame maya qui vend des frites en tenue traditionnelle comme je vois qu’elle baille je lui demande ses horaires de travail. Simple, elle ouvre à 4H du matin et ferme à 20H sans interruption et ce 6 jours sur 7. Ensuite il lui faut nettoyer et ranger. Ça calme !
Demain on vous fera découvrir le centre de Xela et un peu des alentours mais une chose est sûre nous resterons au pied des volcans. Aucune de nous ne se sent de partir en escalade. On vieillit ou on mange trop, mystère ?
Excellente journée à tous

Nous sommes ici https://maps.app.goo.gl/ZEbUue2fiHY5U8Mn6