Arrivées à San Pedro de la laguna

Café terrasse et en avant pour San Pedro de la laguna. Nous pensons prendre un taxi pour la station de bus car nous n’avons aucune information sur le système de busetas ici. Et la chance continue à nous sourire : à peine sorties de l’hôtel j’en aperçois un à l’angle de la rue. Central de camionetas ? Et oui, bingo. Pour un prix 5 fois moins élevé avec le folklore en plus, nous atteignons la centrale de bus par l’autre côté du marché. Valises à roulettes en main nous tentons de nous frayer un passage parmi les légumes, les fraises et les camelots en tout genre. Au moins 500 mètres de parcours en ligne droite qui nous permet de réviser les différentes tenues étudiées hier au musée. Lors d’un passage à proximité de bassines éclatantes de couleurs, Martine s’approche pour en examiner le contenu. Il s’agit de confettis. La vendeuse âgée mais espiègle en saisie une poignée et fait mine de la projeter sur Martine qui s’écarte en riant. Du coup elle s’approche de moi et me la déverse sur le tête. Tout le monde rit et nous poursuivons notre expédition marché. 10 mètres plus loin, la vieille dame qui avait rechargé sa poignée la lance sur Martine. Et voilà nous avons fait la risée de toute cette allée de marché jusqu’au chauffeur de bus. Évidemment repérées par les aides et les crieurs de destination à peine avions nous mis un pied en dehors du marché, que nos valises étaient prises en charge et hissées sur le toit de la camioneta de San Pedro. Une chance de ne pas avoir eu à chercher le bon bus dans ce capharnaüm de couleurs. Départ dans cinq minutes enfin 30. En mode local avec la musique et le cinéma des chargements et des arrêts de livraison nous n’avons pas vu passer les 2h30 de trajet. L’arrivée sur le lac Atitlan à San Pedro de la laguna s’effectue par une descente sans fin ponctuée de virages en épingle à cheveux. Autre coup de bol, notre chauffeur est parfait en comparaison de celui d’avant-hier qui n’aurait jamais réussi à atteindre le village. Nous voilà installées du côté de la plage. Celle-ci s’avère être le lieu privilégié des locaux pour effectuer la lessive et se laver par la même occasion. Décidément toutes les minorités guatémaltèques semblent ignorer qu’elles polluent leur propre environnement. Après un échange avec un gars du coin instruit qui travaille à la recherche volcanique j’oublie mes envies de baignade. Malgré ce désastre écologique, ce lac est une merveille il paraît qu’il est plus majestueux le matin. Mais franchement j’ai du mal à imaginer mieux. Au programme de l’après-midi une belle balade sur la plage à échanger avec les pêcheurs et les agriculteurs du coin. Suivie d’une découverte du centre du bourg où nous ne comprenons pas pourquoi les guides touristiques annoncent ce village comme un lieu de fête. Et un petit tour en tuktuk avec Lucas dont nous avons réservé la journée entière pour demain. Nous voilà de retour dans notre petit coin de paradis entouré de végétation et avec une chambre dotée d’un hamac, d’une terrasse et d’une salle de bain privée. La classe et bon marché de surcroit à 15 euros la nuit petit déjeuner inclus, que demander de plus ?
Excellente journée à tous

Nous sommes ici https://maps.app.goo.gl/8Yy6ScwwiCroeGDm9