Antigua et le volcan Pacaya

Vraiment heureuses de notre trouvaille, notre petit hôtel avec son jardinet au calme et sa super équipe rien qu’à notre service c’est le top. Vers 9h nous partons pour la visite guidée de la ville. Accueillies par Claudia nous entamons la visite en compagnie de deux jeunes allemandes. Un peu d’histoire, d’architecture, d’artisanat et spécialités culinaires ponctuent le trajet. A savoir l’église de la Merced et son couvent, l’arche Santa Catalina qui a toujours résisté aux tremblements de terre, la place centrale, la Cathédrale qui n’en est pas une, la mairie, l’ancien bâtiment militaire aux armoiries espagnoles, le Palacio Capitanes, l’université de San Carlos qui fut la première au Guatemala, les œuvres sociales du frère Pedro (grâce à qui les soins restent gratuits au Guatemala), les ruines de Santa Clara, le lavoir, la rue de los pasos et l’église San Francisco. Sur cette dernière, une coquille sur un des murs attire notre attention. Enfin nous venons de réaliser que St Jacques de Compostelle dit Santiago en espagnol a donné son nom à Santiago de Cuba, à la capitale du Chili et à la première capitale du Guatemala autrefois Santiago de los caballeros nommée aujourd’hui Antigua. Sous entendu la vielle capitale puisque suite aux différents tremblements de terre qui ont détruit la ville les espagnols se sont éloignés des volcans en construisant Guatemala City, la nouvelle capitale. Notre tour se termine à proximité de notre hôtel, il est déjà midi et demie ; je profite du manque d’énergie de Martine pour la décider à m’accompagner au volcan Pacaya un des trois actifs du Guatemala. Génial nos petits gars de l’hôtel nous gèrent la réservation au tour organisé. Nous n’avons plus qu’à passer à table et à changer de chaussures pour la grimpette. Un mini bus passe nous prendre à 14h. A 16h nous atteignons la destination après avoir traversé quelques villages. Commence alors la grimpette de deux heures pour atteindre le volcan. Il est possible d’effectuer la randonnée à cheval, les gars nous repère Et un cheval taxi va suivre Martine jusqu’au bout mais au grand désespoir de son maître, Martine va réussir son ascension comme une grande. Le dernier tiers s’effectue avec une vue magistrale sur le volcan qui grogne tout en crachant sa lave qui rapidement se transforme en un bruit sourd de pierres qui dévalent son flanc dans un nuage de fumée. Autant vous préciser qu’il n’y a pas que lui qui crache. Je pense que j’ai évacué bière, cigarettes et excès de nourriture de ces derniers jours, en bref je suis prête pour refaire le plein. Alors que nous pensions être à destination , nous sommes descendues sur la lave pour permettre à nos deux guides de nous cuire des chamallows dans un four improvisé. Vite éliminés les chamallows car ce n’est pas le tout de descendre il a fallu remonter avant de réemprunter le même sentier qu’à l’aller mais cette fois ci à la lampe torche. Le coucher du soleil sur El fuego 3763 mètres, le volcan actif dont nous avons pu déjà apercevoir les éruptions depuis le mirador de Unicornio, Agua 3766 mètres, Acatenango 3976 mètres et l’éruption permanente de notre petit Pacaya 2552 mètres furent un tel spectacle que Martine ne regrette en rien les efforts fournis. Retour à l’hôtel à 20h30 un bon poulet purée avec une petite bière et une bonne douche chaude (ce qui est rare ici) pour terminer cette excellente journée. Demain est un autre jour et nous avons eu la mauvaise surprise en rentrant ce soir d’apprendre que notre mini bus confortable pour touristes était annulé car nous n’étions que deux à vouloir partir dans cette direction. Bon une longue journée de transport s’annonce avec au minimum trois camionetas différentes.
A demain, on vous racontera
Excellente journée à tous

Pacaya