Musée de Shanghai

Spread the love

Aujourd’hui nous partons à pied dans la direction opposée au Bund mais toujours sur notre route piétonne bordée de centres commerciaux. Ce n’est pas ma tasse de thé mais l’enseigne M&M’s m’interpelle. Deux étages consacrés à la marque avec des tasses, des tee-shirts et j’en passe et des millions de bonbons au chocolat ! Hummm… ! Nous poursuivons notre découverte du quartier Huangpu jusqu’à la place du peuple qui couvre une superficie de 140000 mètres carrés. Avant 1949, se tenait un célèbre hippodrome construit en 1861, reconnu comme le « premier hippodrome de l’Extrême-Orient ». Transformée plus tard par le Parti, le bâtiment principal et les gradins des tribunes se sont mués en bibliothèque et en gymnase, faisant de cet endroit un lieu public de divertissement et de culture pour le peuple de Shanghai. Aujourd’hui c’est le grand théâtre, œuvre de l’architecte français Jean-Marie Charpentier qui occupe l’emplacement du gymnase depuis 1998. Et bien comment fait-on pour pénétrer à l’intérieur ? Regarde Martine un groupe de touristes sort par derrière. Vite, on se faufile comme si nous avions oublié quelque chose. Nous empruntons l’ascenseur et loupé, tous les accès aux étages sont verrouillés sauf le 8. Allons y et là nous débarquons dans une immense pièce occupée en partie par quelques touristes attablés. Pas de bol, ce n’est pas un buffet, nous ne pouvons pas nous incruster et visiblement le repas est terminé. Ce sera donc un passage éclair dans l’enceinte du bâtiment. Direction le musée de Shanghai qui siège de l’autre côté de la place. Nous évitons la pluie du jour avec trois bonnes heures de déambulatoire dans les différentes salles. Des œuvres majoritairement issues de l’époque Ming 1368/1644 et Qing 1644/1911 superbement mises en valeur dans ce musée considéré comme l’un des trois plus beaux de chine. Bronzes (impressionnées par la taille des verres de vin et des carafes !) , sculptures, céramiques, porcelaines, calligraphies, peintures, sceaux, pièces de monnaie, mobilier et les arts des minorités ethniques nous ont séduites. Pour la petite histoire, nous avons appris que les entreprises de porcelaine de Limoges et de Saxe se sont créées grâce à l’espionnage industriel d’un jésuite français qui a étudié le processus à base de kaolin, la cuisson et les types de four à Jingdezhen au 18ème S. Un nouveau tour de la place pour aller admirer le grand théâtre avec ses illuminations mais raté ! rien ? Trop tôt, en panne ? Nous y retournerons un autre soir pour voir. Retour par un nouvel itinéraire à la recherche d’une voie sur berge qui s’avère ne commencer qu’au niveau de notre hébergement alors déjà vue. Petite soirée tranquille à étudier le programme de demain.
Belle journée à vous

Une réflexion sur « Musée de Shanghai »

  1. Les musées ont un avantage vu le temps… Vous êtes au sec et au chaud… ! J’aime pas trop les musées (enfermée à voir des “vieux trucs” mais les M&M’S j’aime beaucoup !
    Je vous souhaite un meilleur temps tout de même !
    Bisous

Les commentaires sont fermés.