Thattekad, le calme absolu

7h15 petit déjeuner et 8h10 José est déjà là pour charger la voiture. Direction Thattekad à 75 km de là. Nous nous attendions à un trajet verdoyant mais 5o km plus tard nous sommes toujours à 35 km/H derrière des camions dont un chargé d’un éléphant qui se rend à un festival, des motos et des richkaws sur une route bordée de constructions et d’échoppes en tout genre. Une escale thé chai et finalement un deuxième petit déjeuner indien où José prend plaisir à nous faire découvrir les vidas, excellent petit pain de riz que l’on trempe dans les différentes sauces keralaises. Les derniers kilomètres se faufilent entre des forêts d’hévéas qui crachent leur caoutchouc et les plantations d’ananas. Et voilà notre camping qui nous fait face enfin après avoir demandé 3 fois la route aux locaux. José négocie avec nous pour qu’on le garde comme chauffeur demain pour Munnar et heureusement car nous sommes à bout de brousse. En même temps c’était ça l’idée. Nos cabanes de luxe mi tente mi construction en dur pour les parties salles de bains et terrasses sont parfaites. Un pot d’accueil version jus de fruits frais fera office d’apéro puisque le temps de s’installer il est déjà l’heure du déjeuner. Petite ballade digestive, un petit temps calme face à ce décor sublimé par une douce brume de chaleur et il est l’heure de grimper dans les canoës. Le ciel légèrement couvert nous sert quelques gouttes de pluie mais même pas peur. En revanche le produit anti moustiques prend une bonne claque car depuis deux jours nos peaux bourgeonnent tellement le moustique keralais est agressif.
Petite ballade en kayac bien sympathique avec des écureuils keralais, quelques oiseaux mais surtout de magnifiques Martins pêcheurs bleu turquoise. Au retour de succulents beignets à la banane nous attendaient. Demain à 6h un richkaw passe nous prendre pour partir explorer la réserve d’oiseaux. Je pense que nous allons en prendre plein les yeux. Pour les photos ce n’est pas gagné car l’appareil avec zoom est resté en Bretagne. José nous récupèrera à 11h30 pour Munnar.
Voilà une belle journée qui va s’achever autour d’un bon dîner à ce rythme là nous sommes bonnes pour retourner à la cure dans 10 jours ! Blague, tant pis pour le retour des kilos.
Je tente le passage du blog avec le réseau du téléphone de Babou, le patron du coin.
Bonne journée

Visite de Kochi

Après ce bon dîner nous passons une des meilleures nuits de notre séjour. 5h30 réveil en forme, nous conservons un simili de bonnes habitudes avec une brève séance de yoga. Attention juste de l’étirement, pour le sport on verra plus tard. A table nous retrouvons Corinne pour le petit déjeuner en mode continental. 10h, Salam notre nouvel allié de visite est déjà devant la porte. En avant pour une série de visites avec notamment le Palais Mattanchery bâti par les Portugais dans le style traditionnel du Kerala en 1555, puis rénové par les Néerlandais. Bien qu’il ne paye pas de mine à l’extérieur, la qualité et la conservation des peintures intérieures sont sublimes. Malheureusement pas de photos. Passage par les tris de gingembre et de poivre, le temple jaïn où nous avons dû nous couvrir pour visiter et une escale où nous avons retrouvé notre charmant brocanteur d’hier qui nous aurait volontiers vendu un tapis aujourd’hui mais qui nous a fait découvrir son immeuble en rénovation. Ensuite direction le quartier juif avec la Synagogue de Paradesi de 1958 plutôt jolie mais en fait je n’ai pas d’éléments de comparaison. En quittant cette dernière j’aperçois un passage, nous l’empruntons et celui-ci nous conduit dans une rue qui nous laisse entrevoir un magnifique couloir conduisant à la mer avec figurez-vous un restaurant qui propose de l’alcool. « Les filles il est 13h passé, apéro ! » Je savoure déjà ce petit verre après un mois d’abstinence. « Bonjour vous servez de l’alcool sans manger ? Oui bien sûr mais pas aujourd’hui ! ??? Nous sommes le premier jour du mois et c’est sans alcool. » Et voilà nous finissons avec ce qui est devenu notre boisson fétiche, le gingembre citron à l’eau gazeuse. Retour vers Salam il est déjà 13h30 et nous avons rendez-vous chez la pédicure à 14h, oui oui on se bobotte après 3 semaines à marcher sur les chemins de terre rouge.
« Salam oú peut-on manger rapidement ? » Ni une ni deux nous nous retrouvons dans un super petit restaurant, fréquenté par du personnel ministériel important car salué par la police, pour déguster un top poulet byriani pour moi et un plat végétarien pour les filles.
14h05 nous rentrons dans le salon massage, pédicure, coiffeur tenu par un couple. Nous voilà alignées pendant 1h45 avec nos pieds passant des mains de madame à celles de monsieur. Le tout rythmé par les trempages dans les bassines au citron et les rires de Corinne visiblement très sensible des pieds. Martine et Corinne ont jugé que ce serait mieux que je fasse faire ma couleur… enfin ça c’était avant l’expérience. Pieds tout neufs, elles me laissent pour la version coiffeur. Dotée de ma couleur trouvée in extrémis, je sens le passage du peigne applicateur qui longe mes cheveux en occultant les racines. Partagée entre l’envie de fuir ou de me lever pour le faire moi-même, je suis passée en mode zen et bavardage avec mon artiste peintre. Du coup je sais que sa fille étudie à Paris depuis 3 ans sans être revenue une seule fois en Inde. OK je paye pour la bonne cause alors ça va. La technique de rinçage debout tête dans le bac en avant m’a un peu surprise et surtout n’a pas épargné ma nouvelle chemise. Je retourne à l’hébergement et regarde l’heure de notre réservation du spectacle de kathakali de ce soir. Oups vite on part cela commence à 17h. 17h03 nous atteignons la salle où nos places du premier rang nous attendent sagement. Il s’agit d’une représentation pou touristes et l’on découvre avec plaisir l’art du maquillage et les codes tant visuels que gestuels qui permettent aux acteurs de tout exprimer. Que ce soit les émotions ou les instructions. Le kathakali c’est l’art de raconter des histoires. Mais bon même avec les explications, le spectacle qui a suivi n’est pas du guignol et il faut vraiment être initié. Mais globalement nous sommes heureuses d’avoir vécu cette expérience. Petite marche jusqu’à la plage où nous avons partagé notre dîner avec une petite chatte et retour à pied dans notre chez nous du jour. Première nuit à trois nous verrons demain qui gagne au concours de ronflements.
Demain vous n’aurez pas de nouvelles car nous faisons une escale en camping (de luxe) avant d’atteindre Munnar et l’hébergement n’est pas doté d’internet.
Bonne journée à tous et à plus tard

vivent les vacances ! Fort Kochi

18 h, nous sommes gâtées, la majorité de l’équipe française a boycotté sa séance de pranayama pour être présente lors de notre départ. Nous avons largement pu profiter de cette séance d’adieu car Santhosh nous informe des deux heures de retard de notre train. Aussitôt nous sommes conviées pour dîner à Chithrakoota. Heu… nous vous aimons tous mais non, en route pour le restaurant avec Santhosh. Il nous conduit dans l’indien local réputé pour les meilleurs dossa plain massala. Une tuerie !
Gentiment il nous accompagne jusqu’au quai de la gare et ne nous laissera seules qu’après s’être assuré que le prochain train soit bien le nôtre. Une heure plus tard il peut enfin rentrer chez lui. Nous avons bien en tête toutes les consignes. 21h40 enfin notre train apparaît. Martine et Corinne sont voisines de couchette et moi je suis dans la voiture d’à côté. Légèrement séparées nous allons tout de même passer la même nuit quasi blanche. Entre les défilés d’indiens, ceux qui s’assoient sur vos pieds ou y posent leur valise, la musique à fond et l’odeur des sanitaires qui régulièrement vous inondent de leurs effluves c’est pas simple. Et que dire des à coups du train qui semblent piler ou passer sur un dos d’âne tous les quarts d’heure. C’est comme ça que nous nous sommes retrouvées pour tailler une bavette vers les 4 heures du mat. En revanche heureusement que Martine et Corinne se sont fait draguer ce matin ce qui leur a permis d’être informées que le train avait rattraper son retard et de venir me prévenir.
7h35 Ernakulam nous apparaît, hop nous sautons dans un richkaw et dès 8h nous embarquons dans le ferry qui nous conduit à Fort Kochi. Et voilà le travail ! À 9h nous sommes à table dans notre hôtel devant une omelette et des toasts beurrés qui n’attendent plus que le miel. Le bonheur !
10h nous rencontrons Sidio qui, de fait, devient notre guide pour une première approche de Fort Kochi. Quelques églises, temples mais aussi des lieux pour touristes pour lui permettre de toucher sa commission nous conduisent à rencontrer des indiens charmants et bienveillants comme le patron d’un lieu de vente mi antiquaire mi troc et puce qui va nous faire découvrir sa magnifique terrasse donnant sur l’île de Willingdon. Passage obligé le long de la mer où trônent en maitre les filets chinois typiques de Kochi qui sont utilisés depuis des siècles et prise de possession de notre appartement bien serein dans lequel nous accueillerons Corinne demain soir car l’hôtel sera complet . Entre temps nous avions fait une pause noix de coco et n’ayant pas faim à l’issue du passage à la douche nous sommes reparties à la découverte de l’île à pied.
De nouveau sur le port pour notre premier dîner nous avons fait le choix d’acheter des gambas en vente directe et d’aller les faire cuisiner dans un des deux restaurants qui le proposent. Pour les miss version grillées à l’ail et pour moi mes quatre gambas géantes cuisinées au curry massala avec deux chapattis au fromage, un régal. Pour l’anecdote ici tout fonctionne à la commission et alors que nous traversions le par, nos sacs de gambas en main, un papy a vu en nous l’opportunité de gagner son dîner. Hop il est descendu de son vélo avec son sourire attendrissant et son regard enfantin pour nous faire accepter le deal. Avec plaisir nous lui avons confié nos sacs et avons fait mine d’être conduites par lui. Enfin j’ai tout de même vérifié avant qu’il s’agissait bien du restaurant que le pécheur nous avait conseillé. Retour en richkaw et comme celui-ci possède une banquette plus longue pour y poser nos trois fessiers nous lui avons donné rendez-vous demain matin.
Voilà seulement une journée que nous avons quitté Chithrakoota et déjà le régime riz nous semble loin. Cette première journée au Kerala nous laisse entrevoir un excellent séjour.
A demain les amis

Pour info
Kochi ou Cochin est composée de trois parties principales :
• face au large, la péninsule de Mattancheri, appelé communément Fort Cochin où se trouvent les zones les plus anciennes de la ville ;
• l’île artificielle de Willingdon construite dans les années 1920 avec les produits du dragage de la baie ;
• Ernakulam, la partie de la ville sur la terre ferme.

Vivre le voyage et vous faire partager nos émotions et nos rencontres