Medirigirya et Pollonnaruwa

Spread the love

Juste un bon 80 kilomètres à parcourir pour rejoindre notre premier site archéologique mais de la piste et des chaos qui, malgré la beauté des paysages, ont fatigué les pilotes. Évidemment une première pause petit déjeuner avec parradhas puis à Mihintale réputée pour ses curds, espèce de yaourt bien gras au lait de buffle servi avec du miel. Enfin, une pause surprenante au milieu de nulle part pour boire un thé et papoter avec les habitants face à un superbe point d’eau qui accueille les éléphants le soir. Voilà une opportunité pour les observer mais pas de chambre pour dormir dans le quartier juste les toilettes dans le fond du jardin. Alors nous reprenons la route pour Medirigirya (ancien monastère du 7e siècle mais le site existait déjà au 2e siècle, site remarquable avec son vatadage car seul le Sri-Lanka possède ce type de construction qui servait à protéger les stupas). En route tuktuk sera arrêté deux fois pour manquement au code de la route : une morsure sur double ligne et un arrêt au milieu de la piste pour prendre une photo, enfin paraît-il. Bon, tout s’est bien passé pour tuktuk et le voila posé face à un superbe site qui vaut le détour. Midi en approche, on profite d’un l’étang pour un pique-nique bien mérité face à un énorme lézard d’eau et de jolis oiseaux. Allez en piste pour Polonnaruwa (ancienne capitale des 11e et 12e siècles) avec un arrêt au musée magnifique de la ville où sont reconstitués les bâtiments sous forme de maquettes. Pendant notre instruction les singes en ont profité pour fouiller le tuktuk. Et au revoir les bananes mais tout va bien ils n’ont rien abîmé, c’est que nous voyageons et visitons avec nos sacs à bord. L’irruption de singes dans le tuktuk aura lieu à chaque arrêt dans les différents points du site et à chaque fois des sri-lankais nous préviennent qu’ils les ont fait fuir. Du coup après la première question mais où est votre chauffeur s’en suit l’interrogatoire habituel. Et on découvre que par ici, ils sont nombreux à parler un peu le français.
Fin de la visite, la nuit tombe et nous n’avons toujours pas d’hébergement alors direction le premier village à juste 10 km. Et de trois, cette fois ci tuktuk est accusé d’un dépassement un peu périlleux, une remontée de bretelles pour la conductrice d’accord c’est moi et en petite vitesse nous voyons surgir la pancarte Giritale. Nous commençons à longer un lac, quelques hébergements style luxe ou désaffectés apparaissent puis plus rien pas de ville non plus. Bon demi-tour un arrêt dans une petite échoppe et on comprend que le village c’est la route. Je vois une entrée d’hôtel à droite, je m’y dirige et demande pour une chambre. Et voilà pour 8 euros nous avons annexé ce très correct petit hôtel avec terrasse sur la rizière. Parfait on va même y rester dîner, ici le menu est exclusivement écrit en langue locale mais un des hommes parle anglais.
Pour mieux comprendre les photos je vous invite à consulter Wikipédia car je ne me sens pas le courage d’écrire tout ce que mon guide Martine m’a lu aujourd’hui ! En plus ma bière vient d’arriver !
Ps : ici les singes sont plus aimables que d’habitude et ils sont très délicats pour prendre à manger dans la main.

Medirigirya

Pollonnaruwa

Sur la route

Images liées:

3 thoughts on “Medirigirya et Pollonnaruwa

  1. Ben Isa tu n’es pas un modèle du respect du code de la route ! Parce que bien sûr je pense tout de suite à toi comme conductrice… mdr
    Gros lézard ne m’inspire aucune sympathie et je vois que tu t’es mise à l’éducation des p’tits singes…!
    Ils ont une drôle de forme les petits bateaux, ils semblent très profonds non ?
    Je regarderai le reste des photos plous tard… pour l’instant éclaircie donc SORTIR les chiens-chiens… 🙂

Comments are closed.