Samedi 30 cayo Guillermo

Spread the love

DSC01888 (480x640)Samedi 30 cayo Guillermo

Je me réveille pleine de bonnes intentions ! Au programme, sport et petit déjeuner léger! Oui, oui: non au fromage, non aux supers ommelettes, non au buffet où potentiellement, on peut avoir l’impression de petit déjeuner, puis de déjeuner et même de dîner! Non, non! Pour aider, un léger coup d’oeil sur les modèles de touristes XXXL et dire à son cerveau que l’on en prend le chemin! Ca calme l’appétit! (enfin, pour un temps, la gourmandise, elle, semble aveugle à son propre embonpoint! Hop piscine (seule comme visiblement tous les matins dans cet endroit où les gens semblent faire des grasses matinées!?! Lunettes de natation sur le nez, c’est parti! Séchage, lecture, micro sieste, marche en direction de Playa Pilar (plus belle plage de Cuba!) et retour avec un mal aux pieds car trés rapidement la côte avale la plage et le chemin devient dur voir très dur, et c’est déjà l’heure de remanger! Bon déjà les résolutions sont moins vaillantes que ce matin mais no alcool! A présent je motive Martine pour que l’on reparte ensemble voir s’il est possible (même si les cubains de l’hôtel nous ont dit que non!) de ralier la plage Pilar à pied! Déjà une heure que nous évoluons sous le cagnard! Martine peste un peu sur mes bonnes idées à présent que seule la route dont les vapeurs de bitume intensifie cette sensation bien réelle de cuire, apparaît comme le seul passage possible! Et ce pour combien de temps ? L circulation est quasi inexistante! Une chance car les rares camions et taxis qui passent se mettent à ralentir pour jeter un regard tout à fait explicite sur Martine! Hé oui, elle, avec ses lignes bien dessinées,  son chapeau et en maillot de bain sur la route… je circule avec un pot de miel! Je profite du ralentissement des chauffeurs pour vérifier la route,nous en prenons pour plus ou moins deux kilomètres de goudron pour atteindre le futur hôtel cinq étoiles (Pilar II) en construction, apparemment il faudra passer derrière le chantier pour trouver le début de la plage où il nous sera possible de marcher! Super voilà le chantier ! Oui mais avec ses ouvriers! A peine sommes nous aperçues que les sifflements commencent pour évoluer tel une hola d’un bout à l’autre des cinq cent mètres de constructions en cours! Bon hormis une envie irrésistible de se considérer comme de la pâture pour lion, on ne va visiblement pas pouvoir traverser le chantier! Alors accélération et poursuite de la route! On va finir par arriver et pouvoir admirer cette plage de sable blanc où la mer décline toujours ses magnifiques dégradés de vert et de bleu! Par contre tout comme sur notre plage, l’agitation exceptionnelle de la mer ne nous permet pas d’aller observer les poissons! Retour à notre hôtel en taxi où l’appel de la Pina Colada mettra fin à mes bonnes résolutions! Soirée tranquille à profiter de l’open tout et au lit après un petit moment de partage avec nos vraiment sympathiques Québécquois!

Images liées: